A bientôt les jours meilleurs

Il y a un monde fou dans le pommier du Japon
qui n’a jamais autant fleuri que cette année.
Il n’y a pas que cela qui est étrange,
n’était-ce une clameur à 20 h,
on dirait que le paysage a perdu la voix.
Et les gens sont plus distants.
Le boulanger glisse le pain sous la vitre
comme une lettre au parloir.
Il n’y a plus personne à la ronde.
Tout tombe à l’eau.

Comme on voit par transparence,
le soja, la menthe, les crevettes,
dans un rouleau de printemps
à travers la feuille de riz,
tu retrouves au fond de l’eau,
si tu la regardes comme un miroir,
tes places au Théâtre des Champs-Élysées et Chez Francis,
le restaurant que nous avions réservé.

Un voisin a photographié notre jardin, il n’avait jamais vu avant
tant d’oiseaux dans le pommier du Japon.   

23/03/2020

Photo Rémy Hage